Choupimania

Publié le 4 Décembre 2021

C'était il y a ....

 

Ca commence à remonter finalement.

 

Choupi est rentrée dans notre vie en douceur. Elle a d'abord mis sous sa coupe, nous,Louis, Hélène et moi, les enfants. Puis, les parents n'ont pas tardé à suivre face à sa douceur poilue.

 

Au début, elle venait nous dire bonjour quand on rentrait des cours. 

J'ai rapidement craquée, car elle se jetait toujours par terre à mes pieds pour que je la papouille.

Quelque soit l'endroit, même en plein milieu de la rue. Elle se tortillait au sol, réclamant une caresse sur son ventre et enclenchait son puissant ronron. C'était doux, chaud, apaisant, moelleux. Elle était tellement choupinou que je finis par la surnommer "Choupinou". Peu m'importait son sexe. Elle était, et serait nommée par nous "Choupinou"

Mon ami et voisin, Etienne, nous apprit un jour que c'était la chatte de la voisine. Elle se nommait Lilia et était la fille de Léon, un chat tout blanc et tout moche (mais bon il avait le Sida le pauvre). Choupi était la vedette du quartier, connue pour caliner tout le monde. Tout le monde la connaissait depuis toujours. Choupi  nous a ainsi conquis tous les trois, Louis, Hélène et moi. Elle n'avait pas le droit d'entrer dans la maison, car Papa et Maman ne voulaient pas d'animaux de compagnie. Alors, on la retrouvait dehors dès qu'on la voyait pour la câliner. 

Je me souviens aussi qu'elle m'accompagnait le soir jusqu'à la limite de son territoire. Et qu'elle venait aussi me chercher à la limite de son territoire tous les jours à mon retour du boulot. Si jamais j'étais en retard, elle me miaulait dessus, comme si elle me grondait. Une fois, j'allais en soirée, je lui ai dit :

"je reviens d'ici 2 h car je suis malade, ne t'inquiète pas je serai sage".

Finalement je suis rentrée 4h plus tard...qu'est-ce qu'elle m a grondée!!!!

Même mes parents n'ont rien dit, j'étais majeure!

Et puis, mes parents ont commencé à céder. Tous les jours, elle venait nous voir. Ma mère a décrété que si elle tenait un an, elle lui donnerait à manger. Pas avant. Papa refusait tout net.

Un jour que j'étais malade sur le canapé du salon, Choupinou est venue gratter à la vitre. Il pleuvait. Papa, en voyant mon état, a craqué, ouvert à Choupinou pour me l'apporter. Ainsi, elle a mis, pour la première fois, la patte à la maison, avec autorisation parentale. A partir de ce moment, elle rentrait demander des calins, nous suivait. Mais ne venait pas manger ni dormir à la maison. C'était toujours le "chat de la voisine". 

Enfin,  le "harcèlement" a commencé. Elle était derrière toutes les fenêtres, rentrait par toutes les portes. Elle donnait des "coups de boule" aux portes pour les ouvrir, de façon à filer le plus loin possible de la sortie  pour se cacher dans la maison: le terme "jouer à chat" prenait soudain tout son sens. Le nombre de fois où nous avons loupé nos bus/train parce que choupi s'était glissée entre nos jambes au moment de sortir et qu'il fallait la mettre dehors durant notre journée d'absence.  Au début, elle n'atteignait que le sous-sol. Puis , à chacune de ses intrusions,  elle a repéré les escaliers, l'accès à l'étage supérieur. D'un bon "coup de boule" dans la porte en haut de l'escalier, elle arrivait dans le salon. Pour finalement repérer d'autres escaliers, menant directement au Nirvana: les 3 chambres , NOS 3 chambres et leurs lits! 

En fait, ces cavalcades matinales nous amusaient.

Puis, au bout d'un an de Harcèlement, maman a acheté des croquettes. Choupi a officiellement eu le droit de rester chez nous. Ses maitres étaient partis, on ne savait trop où.

Mais une croute est apparue sur son oreille qui saignait beaucoup. Au bout de quelques temps, nous l'avons amenée chez le vétérinaire après avoir emprunté une caisse à mon ami Corentin.

Elle a eu droit à 3 semaines de colerette, pour ne pas qu'elle se gratte. Elle a été opérée car il s’avérait que c’était une tumeur (oui, elle a la peau blanche et bronze beaucoup trop au soleil). Quand elle est revenue de son opération elle n’était pas jolie, oreilles rasées, noircies et coupées court. Bien shootée aussi ! trop mignonne ! toute chaude et toute pataude ! qu’est-ce qu’on a ri !

Puis le temps a passé, les poils ont repoussé. Elle ressemble maintenant à un petit panda, avec son poil noir et blanc et ses petites oreilles rondes. Elle a eu le droit de ressortir de la maison, pour son plus grand bonheur ! 

 

Maintenant elle est plus qu’officiellement chez nous. Parfois, quand quelqu’un rentre du travail le midi, elle a le droit de rester dans la maison si elle en a envie. L’hiver, elle continue de tenter de rester dans la maison, de se faufiler entre nos jambes.

Je me souviens qu’un mercredi après-midi, en rentrant à la maison, j’ai trouvé Maman et Hélène dans le jardin. Il faisait très beau. Elles se plaignaient de ne pas avoir vu choupi de la journée ! Vraiment pas sympa de sa part ! Je monte dans ma chambre pour poser mes affaires…Frayeur ! Choupi était dans mon lit ! elle s’était faufilée  dans la maison pour s’allonger en paix ! La Filoute !

Elle controlait aussi nos emplois du temps. Elle savait l’heure, si j’étais en retard elle "râlait". Elle était jalouse aussi ! Très jalouse ! On n’a plus le droit de toucher un autre chat qu’elle. Eh oui ! Nous lui appartenons. Sofian l’a bien senti. Elle faisait tout pour l’embéter : monter exprès de son côté du lit, pour lui marcher dessus et finir par s’installer entre nous ! 

Elle se roulait par terre de l’autre côté du portail quand il voulait entrer…bah comme ça il ne peut plus ouvrir ! Moi ça me faisait rire. Et puis les deux se sont apprivoisés. Maintenant elle lui fait toujours des calins, elle vient le chercher à sa voiture quand il arrive (oui elle reconnait le bruit de nos deux voitures).

Insidieusement, elle nous à tous mis sous sa patte. Sofian qui a toujours préféré les chiens, veut également un chat maintenant ! c’est dire ! Trop forte la choupi. Papa lui a fabriqué une maison avec une chattière (car elle en réclamait une). . De toute façon, à partir de moment où on a une main, c’est pour la papouiller. Hélène lui a trouvé ainsi le joli surnom de "Prostipute". Bah oui, elle se fait abandonner par sa propriétaire, mais dès que celle-ci revient elle court la voir. Elle n est pas très fidèle et va de lit en lit .Quand le même voisin, qu Hélène surnommait " le pote à Choupi", vient s’asseoir sur le banc en face de chez nous, elle vient le voir et quémender des caresses. Quand les nouveaux  voisins sont venus visiter la maison en face de chez nous…elle est allée les voir pendant leur visite ! Elle est connue dans tout le quartier pour se jeter devant nous pour avoir des caresses en présentant son ventre avec indécence.

 

Hélène est partie à Lille pour la faculté. Elle était très triste de ne plus pouvoir voir choupi aussi souvent. Elle a voulu l’amener chez elle, mais n’ayant pas de jardin, n’a pas pu mettre son projet à éxécution. Elle rentrait souvent le week-end, et là choupi en prenait pour son grade. Hélène rentrait, cherchait choupi et l’attrapait pour lui faire un calin bien serré. Toujours dans les bras, pour le grand bonheur de Choupi (non elle n’aime pas ça, mais elle est rigolotte quand elle rale). Quand le matin, elle venait dans mon lit me réveiller, je l’amenais dans le lit d’Hélène. Car je savais qu’Hélène n’attendait que ça.

 

Puis Hélène a été hospitalisée. Pour l’aider, nous lui envoyions une photo de Choupi tous les jours, voir plusieurs fois par jour. Des petites vidéos aussi, quand elle faisait un truc drôle. J’ignore si Choupi a compris ce qu’il se passait, si elle a compris qu’Hélène était morte. Tout ce que j’ai remarqué, c’est qu’elle a été encore plus affectueuse qu’avant….et que maintenant elle est inséparable de Papa.

Comme Hélène a été entérée à Jard, on a décidé de sauter le pas et de tenter d’amener Choupi avec nous. Choupi qui ne prenait la voiture que pour aller chez le véto… Papa l’a donc éduquée à ne plus avoir peur de la caisse. Il lui a aussi appris à ne plus avoir peur de la voiture (ça, selon moi c’était presque gagné, étant donné qu’elle montait d’elle-même dans la voiture quand on faisait nos valises). Choupi est prête à tout supporter à partir du moment où elle reste avec nous. Elle vient maintenant avec nous "voir" Hélène en Vendée.

La première fois, on a fait une pause au Mans pour récupérer Louis. On en a profité pour sortir Mme Chat et l’inciter à faire ses besoins en extérieur. Elle a ainsi visité l’appartement de Louis, et un peu du Mans. Puis nous avons roulé jusqu’en vendée. Arrivés "chez Marcelle", je lui ai fait visiter la maison, pendant ce temps, papa lui installait son coin dodo, près de mon lit dans le salon. C’était pour Noel. Choupi s’est rapidement couchée et a dormi, dormi, dormi. Le lendemain elle a exploré seule la maison, le jardin (sous surveillance). Au début elle ne restait pas seule dans le jardin. Puis Choupi s’installant comme si c’était chez elle, nous avons relaché la surveillance. Maintenant la maison de Marcelle, c’est aussi chez elle.

J’ai réussi à l’amener sur la tombe de Hélène, juste avant notre retour à la maison. Sur une pierre, avec maman nous avons pris sa patte pour en faire une empreinte avec un feutre. Ce n’était pas très bien réussi, je réussirai à faire quelque chose de mieux, mais l’intention était là. Choupi est venue voir Hélène, et je sais qu’elle l’aurait voulu, voir Choupi.

Aucun de nous n’aurait imaginé que Choupi survivrait à l’un d’entre nous. Et pourtant…Mais elle est toujours là avec son petit caractère, elle égaye nos journées. Douce sous notre main, elle nous accompagne. C’est un peu d’Hélène finalement en Choupi, qui reste avec nous. Maintenant quand je la vois, je lui fais deux bisous : un pour moi….Et un pour Hélène. Deux fois plus de calins aussi…. Sacré Choupi !

Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania
Choupimania

Rédigé par latitevadrouille

Publié dans #Un peu d'Elle N.

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article